Di Maria intouchable ?

Par François Kulawik

Sauveur du PSG, mercredi, face à Naples (2-2), le buteur argentin affiche des statistiques impressionnantes depuis le début de l’année.

 

« En Ligue des champions, il faut muscler le milieu et jouer à trois. C’est une évidence. » Pour Laurent Fournier, interrogé par L’Equipe, les difficultés du PSG face à Naples seraient essentiellement dues aux choix tactiques trop audacieux de Thomas Tuchel. L’entraîneur parisien a d’ailleurs sans doute fait le même constat à l’issue d’une première mi-temps jouée à l’envers par les champions de France. Il n’était pas pour autant question de toucher à l’un de ses Quatre Fantastiques de devant, quand bien même leur implication défensive laissait de nouveau à désirer. Le technicien allemand a donc préféré sortir Juan Bernat et passer à une défense à trois, permettant ainsi à Thomas Meunier d’évoluer plus haut. Et lorsque dans les dernières minutes, il a fallu insuffler du sang frais, ce sont cette fois Marco Verrattiet Edinson Cavani que Thomas Tuchel a choisi de sacrifier. Malgré un match pour le moins décevant, Angel Di Maria est, lui, resté jusqu’au coup de sifflet final et c’est bien l’Argentin qui a joué les sauveurs d’une magnifique frappe aux 20 mètres dans la lucarne de David Ospina. Un but qui appuie sa position au sein de l’effectif parisien. L’ancien Madrilène est en effet le joueur le plus décisif en 2018, le n°11 du PSG étant impliqué sur 36 buts depuis le début de l’année avec 24 réalisations et 12 passes décisives. C’est six de plus que tout autre joueur du PSG…

Malgré un match pour le moins décevant, Angel Di Maria est, lui, resté jusqu’au coup de sifflet final et c’est bien l’Argentin qui a joué les sauveurs

Write a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.