États-Unis : chasse à l’homme après l’envoi de colis suspects à des personnalités

 Le figaro.fr, AFP agence

États-Unis : chasse à l’homme après l’envoi de colis suspects à des personnalités

Depuis lundi, plusieurs personnalités américaines hostiles au président Trump ont reçu des colis suspects, sans que les enquêteurs ne parviennent jusqu’ici à retrouver le responsable de ces envois. Cliquez ici pour agrandir

Relire la vidéo VIDÉO SUIVANTE

1Annuler 00:3901:35 ParamètresDésactivéHQ HDHQSDLO Publicité 00:00 – suivante : « États-Unis : Joe Biden et Robert de Niro aussi visés par des colis suspects » Découvrez le parcours du Tour de France 2019 Découvrez le parcours du Tour de France 2019

Le Figaro Visionner plus de vidéos PARTAGERPARTAGERTWEETERPARTAGERENVOYER PAR E-MAIL Vidéos suggérées

  • États-Unis : Joe Biden et Robert de Niro aussi visés par des colis suspects Le Figaro 1:06
  • Découvrez le parcours du Tour de France 2019 Le Figaro 1:35
  • Bruno Retailleau: «Le Sénat va remettre à plat l’ordonnance de 1945 relative aux mineurs» Le Figaro 21:08
  • « L’islamisation en France se poursuit mais de façon plus sourde » Le Figaro 16:33
  • Prix Sakharov 2018 : le cinéaste Oleg Sentsov lauréat Le Figaro 12:34
  • Prix littéraires: est-ce qu’on en fait trop? Le Figaro 38:12
  • Violences à l’école : que faire ? Le Figaro 38:40
  • L’ex-otage des Farc Ingrid Betancourt demande un dédommagement pour les victimes de la guérilla Le Figaro 1:04
  • Prix littéraires: est-ce qu’on en fait trop? Nos décrypteurs répondent aux internautes. Le Figaro 13:55
  • Soutien de Mélenchon aux Italiens face à la Commission européenne : Faure parle de « rupture » Le Figaro 0:28
  • Mohammed Aïssaoui : « Un prix littéraire permet souvent de faire vivre un auteur » Le Figaro 6:51
  • Stanislas Rigot : « La littérature sans les prix littéraires, ce serait affreux! » Le Figaro 7:20
  • Annae-Laure Walter : « les prix littéraires c’est un phénomène spécifique à la France » Le Figaro 5:34
  • Maëva Coucke est l’invitée du Buzz TV Le Figaro 28:16
  • Jean-Michel Blanquer veut expérimenter la présence de policiers à l’intérieur des établissements Le Figaro 0:32
  • Reprise de l’aciérie Ascoval : Xavier Betrand veut «des cols blancs et des cols bleus» Le Figaro 0:28
VIDÉO SUIVANTE

VIDÉO SUIVANTE Découvrez le parcours du Tour…0

George Soros, Hillary Clinton, Barack Obama, Eric Holder, Maxine Waters, John Brennan (via CNN), Andrew Cuomo, Dennie Wasserman Schultz, Robert de Niro, Joe Biden… Jour après jour, la liste des hommes et des femmes visés par des colis suspects s’allonge aux quatre coins des États-Unis. Leur point commun? Une opposition, parfois farouche, à Donald Trump.

Les nouvelles cibles annoncées jeudi sont ainsi des figures très hostiles au président républicain, tant l’acteur Robert de Niro, qui a participé à de nombreuses manifestations anti-Trump et a publiquement insulté le président en février, que Joe Biden, vice-président pendant les deux mandats de Barack Obama et cité parmi les candidats démocrates potentiels à l’élection présidentielle de 2020.

Plus de quatre jours après l’envoi du premier colis, personne n’a encore été arrêté et aucune revendication n’a été formulée. William Sweeney, responsable du FBI à New York, a expliqué que la police avait étendu son enquête à tous les États où des paquets suspects ont été trouvés depuis lundi – New York, Delaware, Floride et Californie -, en collaboration avec la poste américaine et une douzaine d’agences fédérales. «Il reste possible que d’autres paquets aient été envoyés», a-t-il déclaré lors d’un point presse.

William Sweeney n’a pas confirmé des informations de presse selon lesquelles certains paquets auraient été envoyés depuis la Floride. Dans cet État, la police de Miami-Dade a tweeté avoir envoyé une équipe de déminage pour aider des employés d’un centre de tri postal participant à l’enquête, «par précaution», sans autre détail. Il a également refusé de parler de la nature des engins explosifs retrouvés, analysés dans un laboratoire du FBI près de Washington.

En attendant d’identifier les coupables, la sécurité de nombreux médias et personnalités a été renforcée, a précisé le maire démocrate de New York Bill de Blasio. «On ne sait pas s’il s’agit d’une ou de plusieurs personnes, étrangères ou américaines. Et on ne sait pas s’ils sont ici (à New York) ou ailleurs dans le pays», a-t-il ajouté. Dans la psychose ambiante, le bâtiment Time Warner, qui abrite CNN à Manhattan et avait été entièrement évacué mercredi, a de nouveau été partiellement évacué jeudi soir, à la suite du signalement de deux colis suspects. L’alerte a été levée peu après, sans qu’aucun engin suspect n’ait été trouvé.

figarofr: Parmi les personnalités visées, Robert de Niro, Barack Obama, Hillary Clinton, Joe Biden, Debbie Wassermann Schultz, John Brennan...

© MARTIN BUREAUANGELA WEISSSTAN HONDAMANDEL NGANSAUL LOEBANDREW CABALLERO-REYNOLDSANNE-CHRISTINE POUJO… Parmi les personnalités visées, Robert de Niro, Barack Obama, Hillary Clinton, Joe Biden, Debbie Wassermann Schultz, John Brennan…

«Une grande partie de la colère est causée par les médias»

À défaut de coupables, partisans et détracteurs du président républicain s’accusaient mutuellement d’alimenter le climat toxique qui pollue le pays à l’approche des élections législatives du 6 novembre, déterminantes pour la suite de la présidence Trump.

Après avoir appelé les Américains au «rassemblement» mercredi à la suite de la confirmation des premières bombes artisanales, Donald Trump a repris ses attaques contre les médias jeudi. «Une grande partie de la colère que nous voyons aujourd’hui dans notre société est causée par le traitement intentionnellement inexact et imprécis des médias traditionnels, que j’appelle les “Fake News”, a-t-il affirmé sur Twitter. C’est devenu si mauvais et hargneux que c’est au-delà de toute description. Les médias traditionnels doivent mettre de l’ordre dans leurs affaires, VITE!»

De nombreux responsables démocrates l’accusent au contraire de «cautionner la violence» et d’attiser les divisions. «Arrêtez de faire des reproches aux autres. Regardez-vous dans la glace, votre rhétorique incendiaire, vos insultes, mensonges et incitations à la violence physique sont honteuses», a tweeté jeudi John Brennan, ex-directeur de la CIA, virulent détracteur du président et spécifiquement visé par le paquet déposé mercredi dans les bureaux de CNN à New York.

Bill de Blasio, lui aussi très hostile à Donald Trump, a estimé vain d’attendre que le milliardaire change de discours. «Il est comme ça et va rester comme ça, a-t-il déclaré sur CNN. C’est un problème américain (…) Nous devons créer un climat de respect mutuel et de respect pour les médias. Ce n’est pas Trump qui doit changer, c’est nous».

Write a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.